Oser le conflit, éviter la violence

Les nouvelles du jeudi du 14 mai 2020

Ce qui est bien pour soi

À la une ce jeudi : ce qui est bien pour soi

"C'est pour ton bien", me disaient mes parents pour faire passer la pilule d'un moment désagréable (ou bien pour se justifier, je ne sais pas), comme une punition, une corvée. Ainsi de l'histoire de Toto à qui son père vient d'administrer une fessée et qui lui dit : "C'est pour ton bien, c'est parce que je t'aime." Et Toto de répondre : "Oh, je sais, papa. Mais je voudrais être grand pour te rendre ton amour au centuple.".

Au-delà de la blague, savons-nous toujours réellement ce qui est bien pour nous ?

Une histoire, une question n°97 : Tout ce qui arrive est pour ton bien

Ce roi a un conseiller et ce conseiller lui dit à toute occasion : « Tout ce qui arrive est pour ton bien. » Jusqu’au jour où le roi est victime d’un accident et met son conseiller à l’épreuve de la situation.

Écouter l'histoire

Une histoire, une question sur Youtube
YouTube

Une chaîne Youtube sur le conflit

 

"Oser le conflit" en vidéo

Nos peurs les plus profondes sont celles qui nous sidèrent, nous immobilisent, nous entravent dans les situations où nous aurions le plus besoin de nos ressources. Elles sont cette façon d'être pétrifié qu'illustre la légende du basilic ou de Méduse, capables de vous changer en pierre d'un seul regard. Cette vidéo pour les apprivoiser et trouver le trésor qui se cache en elles. "La caverne où vous redoutez d'entrer recèle le trésor que vous cherchez."

Charité bien ordonnée commence par soi-même.

Proverbe français

Proverbe archiconnu et peut-être pourtant méconnu. Sommes-nous clairs sur ce qu'il signifie ? D'aucuns disent que tout mouvement de charité commence par un mouvement de soi ; d'autres qu'il faut savoir s'occuper de soi avant de s'occuper des autres, un peu comme ces consignes dans les avions où on vous explique de vous appliquer à vous-mêmes les masques à oxygène avant de vous occuper des autres autour de vous. Peut-être est-ce un peu des deux...
Je retiens qu'avant de vouloir le bien d'autrui, qui consiste souvent à leur demander de se comporter autrement que ce qu'ils faisaient jusque-là, il importe de se changer soi-même. Ce qu'une leçon de morale dans un texte du XIXe siècle disait fort bien : "Changez en vous ce qui peut vous sembler défectueux chez autrui."

Le billet

Singe qui se regarde dans un miroir

Vouloir ce qui est bien pour soi, c'est égoïste ?

Je ne le crois pas. Je crois que c'est courageux. Peut-être parce que je crois que vouloir ce qui est bien pour soi demande des efforts, efforts de changement et de transformation, tandis que l'égoïsme procède plutôt d'une paresse.

Il me revient en tête un épisode désagréable. J'avais un différend avec une personne. Je lui propose de nous rencontrer pour en parler. Elle accepte d'abord avant, un quart d'heure avant, de décliner la proposition. J'ai réalisé que "ça n'était pas mon besoin", se justifia-t-elle. Je vous avoue que, depuis, cette expression m'agace. 

Ma conception du "bien" fait qu'il ne peut être que partagé, au moins en partie. Nous sommes restés chacun avec notre différend et cela a eu raison définitivement de notre relation. Ma représentation de la situation – mais je n'ai que cela – est que cette personne a évité la situation. Je peine à croire qu'elle ait agi pour son propre bien mais plutôt par une forme d'évitement.

Ainsi de l'égoïsme, bien souvent, qui est moins une vilaine intention de tirer la couverture à soi qu'un simple repli sur soi. Au contraire de la volonté de bien, pour soi et pour les autres, qui demande un courage qui, il est vrai, nous manque parfois.

Chez les amis

Ré-enchanter le temps

Ma consoeur Sophie Muffang réalise des capsules audio pour, je cite, "s'aérer et se former". Je vous joins la dernière en date qui parle de cette monotonie des jours que le confinement a aggravé et de comment s'en sortir.

Et ça, c'est bien pour vous !

10 000 pas par jour

Vous connaissez mon amour de la marche (et mon incapacité à rester en place). Lutter contre la sédentarité (rester assis longtemps) va ainsi dans le sens de mon tempérament. Sur le sujet, j'ai trouvé cette vidéo instructive.

Car ça aussi, c'est bien pour vous ! 

L'agenda

Groupe continu de gestalt-thérapie : 5 dates avec Bénédicte Brillaud à Paris. La prochaine, deux demi-journées, le 6 et 7 juin prochains.

Oser le conflit : Dépasser ses craintes à faire entendre sa voix. 17 et 18 septembre 2020.

Le voyage héroïque: Développez votre puissance, clarifier vos envies – envie de projet, envie d'entreprendre, envie de transformation – et les freins ou peurs qui vous empêchent. Des dates à préciser après l'été.

Partagez sur Facebook
Twitter
Partagez sur LinkedIn

Pour s'inscrire à cette lettre et retrouver toutes les nouvelles précédentes, rendez-vous sur https://www.lqc.fr/jeudi

Laurent Quivogne

Oser le conflit, éviter la violence
J'accompagne des dirigeants, leurs équipes et des particuliers, pour défendre leurs causes et leurs projets.

quivogne@lqc.fr – 0675203390

Sur mon site

Pour l'entreprise: sur la page d'accueil: www.lqc.fr

Pour les particuliers: www.lqc.fr/gestalt

Oser le conflit, éviter la violence

La boutique

Des livres, récits de marche ou "Se nourrir de l'incertitude pour entreprendre": https://www.lqc.fr/boutique/

Et aussi

Livre blanc sur l'animation: https://www.lqc.fr/comment-animer-un-groupe/
 

Mon profil LinkedIn
Suivez-moi sur Facebook
Me suivre sur Twitter